Concentration des Gorges du Diable - 21 Avril 2018

Chaque année, à la fin avril, le Club Gignac-Canoe-Kayak vous propose une navigation sur la plus belle partie des Gorges de l'Hérault. Compte tenu du fait que la navigation se fait en pleine zone Natura 2000, les places sont limitées à 100 participants maximum, incluant la quinzaine de bénévoles sur place pour assurer la sécurité du parcours.

Le départ se fait du barrage du Belbezet, et le parcours passe près du village de Saint Guilhem le désert pour arriver en aval du pont du diable sur la plage du Grand site. Sur la rive droite, vous avez le village de Saint Jean de Fos et au loin sur la rive gauche, le village d'Aniane.

Pour vous permettre de profiter pleinement de cette journée, nous vous proposons une descente le matin et une l'après-midi. Les navettes seront assurées par nos soins.  Le débit ne devra pas dépasser les 30 mètres cubes. En cas de débit supérieur, la concentration sera annulée. (voir règlement)

Pour terminer en beauté, nous vous proposons :

  • une soirée festive, avec repas (entrée, plat, dessert + 1 boisson au choix) et groupe de musique.
  • une zone de bivouac (gratuite) à proximité vous permettra de rester sur place après la soirée, sans avoir à reprendre votre véhicule.

Comment s'inscrire ?

La date de  l'édition 2018 est arrêtée au samedi 21 avril 2018.

Pour s'inscrire, vous pouvez passer par la plateforme sécurisée HelloAsso avec le lien suivant: Inscription Concentration 2018 !!

Sinon il est possible de télécharger un formulaire d'inscription pour s'inscrire par courrier. 


Description du parcours de la descente

  • Fleuve Hérault
  • Nom du parcours Canyon du Diable
  • Difficulté III-IV E2
  • Longueur 5km
  • Présentation Le fleuve Hérault traverse un canyon calcaire parfois très étroit aux abords particulièrement érodés par les crues. Le tout dans un cadre très méditerranéen. La descente offre plusieurs passages moyennement difficiles qu'il faudra aborder avec vigilance et concentration, les sorties étant problématiques à certains endroits. On assimile souvent chez les kayakistes locaux ce parcours à un mini Verdon du fait de la présence de drossages syphonnants et de mouvements d'eau déstabilisants. La maîtrise de l'esquimautage est vivement conseillé.
  • Physionomie Le parcours traverse un canyon calcaire où les passages alternent avec des planiols marmiteux qui sont assez longs, surtout au début. On se méfiera bien évidemment des drossages syphonnants et de quelques rappels pouvant s'avérer très dangereux selon le niveau d'eau.
  • Pente 30m.
  • Logistique L'embarquement s'effectue en rive droite sous le Barrage Cabrier situé 2km en amont de Saint-Guilhem-le-Désert. On débarque rive gauche en aval du Pont du Diable.
  • Isolement La route longe constamment la rivière en rive droite. Mais l'isolement reste important, car le canyon est à certains endroits relativement profond, voire inaccessible, surtout vers la fin.
  • Durée Environ 1h.

Détails du parcours

 

La descente débute par un premier planiol, le cadre est superbe alors on se laisse aller à la contemplation tout en s'échauffant.

 

Au bout de 500m, le Portefeuille vient animer la descente. Ce premier rapide de classe 3 se franchit de la droite vers la gauche, il occasionne un joli portefeuille rafraîchissant à sa sortie.

 

Puis, suit à nouveau un long planiol de plus d'1km, on traverse alors le village de Saint-Guilhem-le-Désert.

 

Au niveau de la Tour Sarrasine, on découvre un deuxième rapide de classe 2, où il faudra préférer le bras du centre, rien de bien méchant. 

Rapide du Fer à cheval (Moulin Brunant)
Rapide du Fer à cheval (Moulin Brunant)

 

Attention maintenant car on approche du Rapide du Moulin Brunant (classe 4). Cet ancien barrage aujourd'hui ruiné par les crues présente un rappel dangereux en fer à cheval en son centre droit. Il s'agit du plus gros passage de la descente.

 

Juste après le Rapide du Moulin Brunant, le lit se resserre et la rivière enchaîne dans un couloir mouvementé qui débouche sur un seuil méchant par basses et moyennes eaux, c'est le Champignon (classe 4). On note à la réception de ce seuil un drossage syphonnant dangereux contre la rive droite . Par hautes eaux, le bain est interdit, même si le seuil disparaît, car il vous faudra traverser des marmites peu engageantes sur une dizaine de mètres. 

Rapide du Champignon
Rapide du Champignon

  

Le rapide suivant, la Chandelle (classe 3+), comporte deux passes.
Il faut emprunter obligatoirement celle de gauche car à droite se trouve un rappel fermé puissant insécurisable entre deux parois.
 

 

 

On arrive alors au Parapluie (Font Chaude) où une résurgence s'écoule jusqu'à 20 degrés depuis un surplomb : la douche est de rigueur. 

 

Suivent quelques passages de classe III-IV comportant des drossages marmiteux peu accueillants. Les mouvements d'eau sont vicieux et les bains définitivement peu recommandés notamment au niveau du S (classe 3+).

 

Une cascade s'écoule de la Grotte de Clamouse en rive droite. Elle annonce le défilé terminal de toute beauté et le dernier rapide de l'Equerre (classe 3+) dans lequel on se méfiera d'un gros syphon dangereux nettement visible contre la paroi de droite, qui est d'ailleurs exploré en période de basses eaux par les spéléologues.

 

L'arrivée au Pont du Diable compte dans la vie d'un kayakiste, le cadre est fantastique.


Souvenirs de l'Edition 2017

Gignac, haut lieu du kayak, le temps d’un week-end

 

Dimanche 30 avril 2017 avait lieu la Concentration des Gorges du Diable, entre St-Guilhem le Désert et le Pont du Diable. Une cinquantaine de kayakistes de la région et d'un peu partout en France sont venus pour une 3e année affronter des rapides de classe 3 et 4 situés dans les gorges de l’Hérault, en amont du pont du Diable. Le parcours d’environ 1h30 est considéré comme l’un des plus beaux en France et permet de se mesurer notamment aux rapides du Fer à Cheval et du Champignon pour ne nommer que les deux plus emblématiques de cette portion du fleuve. Cette manifestation était sécurisée par une équipe de 15 bénévoles expérimentés, dont certains administrateurs et responsables de la Fédération française de Canoë-Kayak et du Comité régional Occitanie Canoë-Kayak spécialement venus pour l’événement. Les kayakistes ont de cette manière pu pagayer en toute sécurité dans un débit relativement important (sans l'être trop), qui a rendu tous les rapides accessibles, mais non sans challenge. Ainsi, quelques-uns n'ayant pas réussi leurs esquimautages ont été rapidement sortis d'affaires et ont pu reprendre leur descente sans encombre.  

 

Le club Gignac Canoë Kayak, organisateur de la Concentration, se félicite d'avoir pu maintenir l'événement malgré la météo capricieuse, qui n'a cependant rien enlevé au plaisir de se confronter aux courants, marmites et autres sauts de ce parcours réservé aux kayakistes confirmés.  

 

Cet événement a été rendu possible notamment grâce à la Communauté de communes de la Vallée de l'Hérault, au Lycée Agricole et à la ville de Gignac, qui ont mis à disposition des navettes gratuites pour que les participants profitent deux fois de cette descente. Gignac Canoë Kayak tient également à remercier les produits Propolia (Clermont l'Hérault) et la Cave coopérative de Gignac « Tours et Terroirs » qui ont contribué à la réussite de cet événement en offrant des t-shirts et des lots aux participants.

 

La journée s'est conclue sur une note colombiano-andalouse avec le groupe IDiK qui a su réchauffer l'atmosphère tout au long d'une soirée festive fort appréciée et ce malgré les orages et le vent. Car tous étaient bien décidés à terminer cette journée en beauté et c'est bien connu, les kayakistes n'ont certainement pas peur de l'eau !

 


Merci à nos partenaires 2017 !